Protéger le patrimoine en péril

Destruction des monuments historiques à Aleppo (March 2014)
© UNESCO
En raison de sa vulnérabilité et de sa forte valeur symbolique, le patrimoine est particulièrement menacé dans des situations de conflit ou de catastrophe.  Les pertes subies par le patrimoine peuvent priver une communauté de sa mémoire, des témoignages matériels ou immatériels de son identité et d’une source  de développement social et économique.

L’UNESCO s’efforce d’exploiter le potentiel du patrimoine comme force d’unification pour prévenir les conflits et faciliter l’édification de la paix, le relèvement et la réconciliation.

By assisting countries in conflict and disaster situations to protect their tangible and intangible heritage, UNESCO harnesses the power of heritage as a unifying force to prevent conflicts and facilitate peace-building, recovery and reconciliation. 

Agir en partenariat avec l’UNESCO permettra de faire oeuvre commune dans ce domaine pour :

  • soutenir les pays en situation de conflit ou de catastrophe en vue de les aider à protéger leur patrimoine matériel et immatériel
  • renforcer les principaux mécanismes servant à la coordination entre le secteur de la gestion des risques de catastrophe et celui du patrimoine, ainsi qu’entre ces derniers et la société civile, notamment les communautés locales et le secteur privé
  • déterminer et évaluer les risques associés aux conflits et aux catastrophes d’origine naturelle pour les biens du patrimoine et mettre en oeuvre des mesures d’atténuation
  • renforcer les capacités en vue de réduire les risques de catastrophe pesant sur le patrimoine et concevoir des campagnes à teneur culturelle axées sur la communication sur les risques et le redressement après les catastrophes.

L’UNESCO est la seule organisation du système des Nations Unies qui dispose d’une vaste expertise en matière de patrimoine, en particulier de patrimoine mondial. Elle possède aussi une grande expérience de l’aide à apporter pour protéger le patrimoine en péril dans des États membres en situations de crise et de transition, comme l’Afghanistan, le Cambodge, Haïti, la Libye, le Mali et la Syrie..

Face à la multiplication des conflits et des catastrophes naturelles, il est essentiel d’élaborer et de mettre en oeuvre des stratégies de prévention et de gestion des risques de catastrophe qui impliquent directement les communautés locales et qui mettent à profit les savoirs traditionnels et autochtones.